lundi 15 décembre 2014

Les manuels numériques séduisent de plus en plus de professeurs !

Dans une étude TNS-Sofres parue au mois de septembre 2014, nous apprenions que 29 % des professeurs avaient adopté l’usage des manuels scolaires numériques pour faire leurs cours. Retour en détails sur cette nouvelle tendance !


Le secondaire plus connecté que le primaire


Une nette différence est observé quand à l’usage des ouvrages numériques entre l’école primaire et les collèges et lycées. 35% des enseignants du secondaire ont recours aux manuels numérique pour seulement 20% dans le primaire. Cette différence de tendance peut, entre autre, s’expliquer par le fait qu’encore 1 école primaire sur 4 ne dispose pas d’un accès internet. Il est à noter dans les collèges et lycées que les professeurs qui font le plus usage de ces manuels sont ceux de mathématiques, de physique et d’histoire-géographie. En mathématiques, cela représente quasiment 1 enseignant sur 2 (46%).

Le papier n’est pas encore mort !


Malgré le succès croissant du manuel numérique, les livres papiers n’ont pas encore de quoi être inquiétés. Seuls 15% des professeurs jugent le remplacement des ouvrages papiers par le numérique possible à moyen terme. L’étude révèle aussi que la majorité des enseignants ne s’estiment pas suffisamment formé aux usages du numérique à l’école. Cependant, cette tendance devrait doucement évoluer puisque depuis cette rentrée 2014, des délégués académiques au numérique ont été chargés de renforcer les formations. 


lundi 1 décembre 2014

Stress au travail : Comment le gérer ?

En tant qu’être humain, nous avons déjà tous été confrontés à des situations stressantes en milieu professionnel. Bien qu’il soit impossible de s’en débarrasser, il est toutefois possible de l’accepter et de vivre avec pour s’en faire un allié. Il n’existe bien sûr aucune solution miracle et c’est un travail quotidien qui vous permettra d’y arriver.

Le stress


Mécanisme de défense primaire hérité de nos ancêtres lointains qui vivaient dans la nature et n’avaient pas tout le confort dont nous jouissons aujourd’hui, le stress nous prépare à affronter une situation inconnue que notre corps juge comme étant agressive. Mais pas d’inquiétude à avoir cependant puisqu’en tant qu’être vivant, tout ce qui sort de notre zone de confort et de nos habitudes est vécu comme une agression. Tant que celui-ci est mesuré, il ne faut pas le subir mais l’utiliser comme une source de motivation supplémentaire.

Le bon stress


Le bon stress ne nous paralyse pas, il focalise l’esprit et apporte le dynamisme au corps pour accomplir une tâche avec succès : tel un artiste qui a le trac avant de monter sur scène ou un sportif avant son match. C’est pourquoi il faut s’en faire un allié dans le monde professionnel pour ne pas le subir mais se dire qu’il nous aide à appréhender correctement la situation et remplir sa mission sans rien oublier ni négliger. Cela vous sera beaucoup plus supportable au quotidien.

Lutter contre le mauvais stress


Bien qu’il puisse être « apprivoisé » lorsqu’il est de faible intensité, il en est autrement lorsque celui-ci affecte nos capacités, nous paralyse, nous fatigue et nous mène parfois jusqu’au burnout. Celui-ci n’est bien sûr pas sain et doit être évacué. Aucune solution miracle existe et le seul moyen d’y mettre un terme est de mettre fin à l’élément extérieur qui le génère. 

Pour s’en débarrasser, ou du moins l’atténuer dans un premier temps, les classiques techniques de relaxation et de respiration peuvent vous aider. Il faut aussi accepter ses limites et réaliser que nous ne sommes pas infaillibles. Faire des pauses régulièrement permet aussi d’aérer ses méninges et revenir plus en forme à la tâche. Enfin le sport est un excellent moyen d’évacuer les tensions et se changer les idées. N’oublions pas que le bien-être psychologique passe aussi par le bien-être physique.