mardi 20 novembre 2018

Au Japon, la réalité virtuelle sensibilise les enseignants aux difficultés du handicap


Les évolutions numériques peuvent-elles répondre aux difficultés des élèves en situation de handicap dans le domaine éducatif ?
Fujitsu et l’Université de Kagawa (Japon) ont décidé de mener une étude sur la réalité virtuelle et la téléprésence dans l’éducation spécialisée. L’objectif majeur de cette étude est de faire prendre conscience aux enseignants des difficultés du handicap dans le domaine scolaire puis de les former à l’éducation spécialisée.


Trois applications de réalité virtuelle pour permettre à tous les élèves d’apprendre ensemble

L’étude, conduite à partir du 20 novembre et jusqu’au 31 mars 2019, implique 50 enseignants de 5 écoles japonaises, allant de l’école élémentaire au lycée.

Trois expériences seront menées. La première consiste à simuler une situation de handicap en réalité virtuelle pour que les enseignants se rendent mieux compte des difficultés des élèves handicapés. La deuxième est un module d’apprentissage à distance rendu possible grâce à une caméra 360° et un casque VR. Enfin, une troisième application consiste à utiliser la vidéoconférence pour un système de conseil éducatif pour les enseignants situés sur des îles trop isolées.

À la suite de cela, l’étude fera le point sur l’efficacité des outils digitaux et la facilité de déploiement technique.

S’adapter aux nouvelles législations grâce à la technologie

Fujitsu et l’Université de Kagawa ont mis en place cette étude pour répondre au besoin à la suite de l’évolution de la loi sur l’éducation du gouvernement japonais : cette loi, qui s’étendait auparavant de l’école primaire au collège, touche désormais les lycées. Toutefois, les enseignants japonais ont montré de fortes lacunes quant à la connaissance des différents handicaps et les enseignants situés sur des îles isolées ont fait remonter le problème du manque de formations.

Ainsi, cette étude devrait fournir de nombreuses réponses quant à ce nouveau besoin.


Source : Usine Digitale

vendredi 19 octobre 2018

Ergonomie en entreprise : éviter les TMS au bureau en adoptant les bons gestes et un mobilier adapté


Le travail sédentaire pose souvent le problème des troubles musculo-squelettiques pour les employés : maux de dos dus à une mauvaise posture, manque de tonicité, etc. Ces troubles sont causés par un manque d’ergonomie de son poste de travail. Pourtant, des gestes simples permettent de réduire le risque de souffrir de TMS.


L’ergonomie du poste de travail : les points clés

Plusieurs éléments du poste de travail peuvent être modifiés pour une meilleure ergonomie. Tout d’abord, le siège de l’utilisateur doit être à la bonne hauteur : les pieds doivent toucher le sol à plat, les genoux doivent former un angle de 90°. Le dos doit être maintenu droit et l’utilisateur doit être assis bien au fond de son siège.

Pour ne pas trop solliciter les cervicales, les bras de l’utilisateur peuvent se reposer sur des accoudoirs, de façon que les épaules soient détendues, ni trop hautes, ni trop basses.

D’autres accessoires comme une souris ergonomique et un clavier avec pattes réglables peuvent être utilisés pour renforcer le confort de l’employé dans ses tâches quotidiennes.

Choisir un mobilier informatique ergonomique

Les bureaux regroupent certaines zones qui impactent le confort de l’utilisateur et peuvent générer des TMS sur la durée : la hauteur du plan de travail, la hauteur et l’inclinaison de l’écran.

Le plan de travail doit être réglé à la bonne hauteur pour que les bras de l’utilisateur puissent reposer dessus sans avoir les épaules trop hautes ou basses, tout comme les accoudoirs du siège. Si la hauteur n’est pas réglable, augmenter la hauteur de son siège et utiliser un repose-pied peut permettre de corriger cela.

L’écran doit enfin être correctement positionné pour éviter tout trouble musculo-squelettique. Sa hauteur doit être réglée de façon que le regard de l’utilisateur atteigne le haut de l’écran. Ainsi, le cou de l’utilisateur n’est pas trop sollicité, sa posture est neutre. Dans le cas où l’écran n’est pas réglable, une pile de livres ou une rame de papier peut tout à fait surélever ce dernier.

QBS propose différentes solutions ergonomiques pour les entreprises : bureaux avec écran escamotable, écran posé, écran encastré ou semi-encastré, bureaux réglables en hauteur.

Découvrez toutes nos solutions : Mobilier informatique ergonomique Format +

mardi 18 septembre 2018

Zoom sur la gamme Plug-in de QBS

Parmi nos récentes gammes de mobilier informatique, Plug-in convient aux établissements d’éducation souhaitant disposer d’un mobilier connecté entièrement configurable.

Avec son pied universel breveté, le bureau Plug-in peut être utilisé avec un pied gauche, droit ou intermédiaire : cela permet d’économiser un pied entre chaque poste dans le cadre de la création d’une rangée de bureaux.

Tout l’informatique à portée de main


Plug-in rend la connectique directement accessible : bloc prise escamotable, goulotte, trou passe-câble, etc. Les accessoires informatiques sont également protégés et sécurisés.

Plusieurs types d’écrans peuvent être intégrés aux bureaux informatiques Plug-in. Une table peut être équipée d’un ordinateur fixe avec une unité centrale petite ou grande, d’un ordinateur portable ou encore d’une tablette tactile.

Nos solutions informatiques : Plug-in Sortie verticale (24 pouces)




Il est possible d’intégrer un écran de 24 pouces avec sortie verticale dans la table Plug-in. Ce système innovant offre à la fois une hauteur idéale de l’écran pour l’utilisateur et un champ de vision dégagé vers le professeur et le tableau.


Plug-in Goulotte




Installée sous le plateau, la goulotte permet aux câbles d’être stockés en toute sécurité et d’assurer leur bon cheminement. Cette option réduit aussi les risques de câbles emmêlés qui peuvent être endommagés.


Switch Note / Switch Tab




Le concept innovant du bureau informatique Switch Note / Switch Tab permet de ranger tout ordinateur portable ou tablette tactile grâce à un emplacement prévu à cet effet. Un panneau pivotant permet d’utiliser l’outil informatique à tout instant.


Plug-in Escamotable




Notre solution pour alterner rapidement et facilement entre l’informatique et le papier. L’écran pivote grâce au volet et permet à l’utilisateur de profiter de l’informatique tout en gardant un champ de vision dégagé vers le tableau.

https://www.qbs.fr/fr/produit/escamotable

lundi 6 août 2018

Aménagement de classe : quelle disposition choisir ?


C’est une question récurrente chez les professeurs : quelle est la meilleure façon d’aménager une salle de classe pour offrir les meilleures conditions d’apprentissage possibles aux élèves ?

Il n’y a pas de réponse unique, chaque disposition ayant ses forces et ses faiblesses. L’idéal est d’adapter la disposition de la classe au type d’activité pratiqué, dans la mesure du possible. Exemple : Si l’on utilise beaucoup le tableau, mieux vaut éviter les dispositions en îlot qui obligent les élèves lui tournant le dos à se tordre le cou pour pouvoir suivre le cours.

Les rangées traditionnelles

Disposition de classe la plus utilisée, elle rend le tableau et le professeur visibles de tous les élèves. Facilitant la distribution des documents, elle permet également à l’enseignant de voir facilement si tous les élèves sont attentifs.

Côté inconvénients, ce type d’aménagement est peu adapté aux activités de débats et mise en commun. Les élèves sont ainsi passifs, risquant de s’ennuyer et perdre en attention. Aussi, l’enseignant ne peut aider que 2 élèves à la fois.

Les îlots

La disposition en îlots favorise les sessions de cours dynamiques. Travaillant par groupe, les élèves sont acteurs et l’enseignant peut facilement se déplacer pour aider et interagir avec un groupe entier d’élèves.

Cependant, l’aménagement en îlot peut rendre la visibilité du tableau difficile pour les élèves qui lui tourne le dos. Il est également plus difficile pour le professeur de voir si les élèves sont concentrés et au travail, cette disposition pouvant favoriser les bavardages.

Le U

L’aménagement de la salle de classe en U est idéal pour les débats et mises en commun en classe entière. Il facilite la distribution de document et rend le tableau visible de tous.

Toutefois, cette disposition peut favoriser le bavardage, les élèves placés sur les côtés se croyant moins visibles du professeur. L’aménagement en U demande également une grande superficie.

Créer un environnement dynamique et propice à l’apprentissage avec la chaise mobile QBS

Composé d’une assise confortable avec dossier, reposant sur 6 roues pivotantes, la chaise Quetzal permet de switcher facilement et rapidement d’une disposition de classe à une autre grâce à ses roulettes : idéal pour la classe inversée.

Elle offre un espace de rangement en dessous de l’assise et une tablette pivotante.

En savoir plus sur la chaise mobile QBS.

jeudi 19 juillet 2018

À Sanary, visite d’une classe numérique dans un collège


Le Collège de la Guicharde à Sanary-sur-Mer a équipé ses salles de classe de plusieurs outils numériques. Qu’apportent ces nouveaux équipements aux élèves et aux professeurs ?


Des cours interactifs et des élèves plus autonomes


Le classique tableau noir à craie a été remplacé par un Tableau Numérique Interactif (TNI) relié à l’ordinateur de l’enseignant. Avec ce type d’équipement, la projection des documents, cartes ou schémas est plus rapide et s’effectue sans fil.
Les élèves ont quant à eux chacun leur tablette tactile. Dans l’exemple d’un cours sur la ville d’Arles sous l’Empire Romain, les élèves peuvent visualiser la ville reconstituée en réalité augmentée. Plusieurs textes et photos sur la tablette viennent enrichir les connaissances des élèves, ces derniers se constituent eux-mêmes une carte mentale du sujet et peuvent naviguer librement entre les différents contenus. Plus investis et attentifs, les élèves deviennent alors acteurs de leurs cours.
Le professeur garde un droit d’accès total sur les tablettes : si un élève décide d’aller sur Internet pendant le cours, le professeur peut contrôler ou verrouiller la tablette de l’utilisateur.

1530 tablettes à disposition des élèves


L’ensemble des collèges de l’agglomération a équipé ses salles de classe de 6e et de 5e avec des TNI et des tablettes tactiles, ce qui représente près de 1530 tablettes à disposition des élèves. Les établissements étant convaincus des bénéfices du numérique dans l’efficacité des cours, tant côté professeur que côté élève, les élèves de 4e et de 3e devraient à leur tour voir progressivement leurs salles s’équiper de TNI et de tablettes.
Pour faciliter l’intégration des outils numériques tels que les tablettes dans les salles de classe, QBS propose une solution de bureau informatique avec écran escamotable pouvant contenir des tablettes tactiles. Avec ce type de mobilier, les élèves profitent d’un plan de travail dégagé lorsque l’écran est fermé ou de l’outil informatique à tout moment.

Source : Ouest-Var.net

jeudi 7 juin 2018

Lycée 4.0 : une évolution de la pédagogie de l’enseignant


Projet lancé dans 49 lycées de la région Grand Est, le « Lycée 4.0 » consiste à mettre à disposition des élèves tous les équipements numériques nécessaires, à tout moment : Internet, e-manuels, ressources en ligne, ENT, Moodle, etc. Chaque élève peut également apporter ses appareils personnels, comme un PC portable ou une tablette pour les utiliser au sein de l’établissement. Quelles sont les évolutions en termes de méthode d’enseignement pour les professeurs ?


Une collaboration entre l’enseignant et les élèves


L’omniprésence du numérique, sans pour autant éradiquer le papier, stimule la créativité des élèves. Pour suivre cela, les enseignants se positionnent non plus comme transmetteur de savoir, mais plutôt comme accompagnateur, en guidant l’élève dans l’usage du numérique.

L’élève peut aussi apporter ses compétences en matière de numérique : né dans l’ère du digital et utilisant les appareils numériques au quotidien, ce dernier collabore aujourd’hui avec l’enseignant, ce qui peut faire naître de nouvelles plateformes d’apprentissage et autres nouveaux outils. Chacun s’enrichit donc mutuellement.

QBS : des bureaux informatiques polyvalents pour faciliter l’intégration du numérique dans les salles de classe



L’informatique ne cesse d’évoluer. Pour répondre aux besoins des lycées informatisés, QBS a développé plusieurs bureaux informatiques qui facilitent l’intégration et l’utilisation du numérique au quotidien : des bureaux avec bloc-prises intégrés pour ne plus avoir de contraintes liées à l’emplacement des bureaux proche des prises dans une salle de classe, câbles sécurisés dans des goulottes pour éviter tout risque d’insécurité, bureaux modulables pour créer des ilots en marguerite ou des dispositions en U, écrans escamotables pour conserver l’usage du papier… Toutes ces innovations visent à rendre toujours plus accessible le numérique dans l’éducation.

lundi 21 mai 2018

Quand le tableau noir laisse place au tableau numérique interactif


L’usage du numérique dans les écoles prépare les élèves aux outils digitaux utilisés quotidiennement. Même les équipements les plus classiques, comme le fameux tableau noir, connaissent leur révolution numérique.

Crédits : Maritima.info

Un tableau interactif installé dans les classes de CM 2


Plusieurs classes de CM 2 ont eu l’occasion de tester ces tableaux novateurs. Plus besoin d’éponge pour effacer, un simple clic s’en charge. Les élèves peuvent également écrire et déplacer des mots pour former des phrases suivant l’exercice demandé.

Ce tableau tactile est accompagné d’un vidéoprojecteur qui projette l’écran de l’ordinateur associé. Il est possible d’écrire sur le tableau avec un stylet électronique et de déplacer des éléments affichés avec ses doigts, exactement comme sur ordinateur tactile.

Des avantages pour les élèves, les enseignants et l’environnement


Utilisés dès le plus jeune âge, ces outils préparent les élèves à une ère numérique en constante évolution. Ce type d’équipement comporte aussi d’autres avantages pratiques et écologiques, comme la réduction de poussière liée à la craie ou encore la diminution des photocopies. Ces nouveaux outils qui permettent aux élèves de travailler, effacer et recommencer plus facilement leur permettent de mieux réussir.

Certaines écoles très enthousiastes par ce nouveau tableau numérique prévoient même d’équiper les classes de CM 1.

jeudi 26 avril 2018

Découvrez la gamme d’accessoires de connectique QBS !


Chez QBS, nous développons sans cesse de nouvelles solutions pour améliorer encore plus l’ergonomie des postes de travail. Notre gamme de connectiques regroupe nos boîtiers prises escamotables ainsi que nos blocs prises personnalisables.

Un boîtier prise escamotable pour un accès direct aux branchements


Entièrement intégrés dans nos bureaux ergonomiques, nos boîtiers prises escamotables permettent d’accéder en peu de temps aux branchements électriques. Ce système astucieux convient particulièrement aux tables de réunion : disposés en bout de table, les boîtiers escamotables permettent aux différents participants de bénéficier d’un accès pratique aux prises pour charger leurs différents appareils.

Un bloc prise personnalisable à volonté




Spécialiste des équipements modulables informatiques, nous proposons aussi des blocs multiprises entièrement configurables. Ces blocs prises permettent un accès à plusieurs branchements : réseau, HDMI, VGA, RJ45 ou encore USB. Ce bloc prise est conçu pour s’intégrer parfaitement dans nos bureaux Plug-In Goulotte, à l’aide d’une trappe escamotable située à l’arrière du bureau. Le bloc prise personnalisable QBS peut également être installé dans tout autre poste en remplacement des goulottes PVC ou multiprises.

lundi 26 mars 2018

Un robot programmable pour apprendre l’algorithmique dans les salles de classe


L’algorithmique, nouvelle matière enseignée au lycée, fait beaucoup parler d’elle et est attendue des élèves comme des enseignants. Pour mieux comprendre le fonctionnement de la programmation, un robot qui répond au nom de TI-Innovator™ Rover permet d’illustrer concrètement les mécanismes du code.

Vidéo par Ludovia Magazine

L’algorithmique : une compétence clé pour l’avenir des élèves

Une étude menée par l’institut Juniors & Co révèle que la programmation est bel et bien un enjeu important pour l’avenir des élèves : si 1 élève sur 3 seulement sait ce qu’est le coding, 70% des élèves sont en revanche certains que cet enseignement sera essentiel pour leur avenir.

Côté enseignants en mathématiques, ceux-ci sont d’accord : 67% des professeurs pensent la même chose. Toutefois, les enseignants se montrent demandeurs d’outils pour l’apprentissage de cette nouvelle matière en classe.

Un Rover motorisé signé Texas Instruments

Conçu par Texas Instruments, le TI-Innovator™ Rover présenté au salon Eduspot 2018 vient illustrer la programmation du code aux élèves de seconde et au-delà. Motorisé, ce Rover est commandé par un boitier TI-Innovator Hub. Pour transmettre des indications au boitier, les élèves et les professeurs écrivent des lignes de programmation sur une calculatrice graphique TI-83 Premium CE ou TI-Nspire™ qui communique avec celui-ci. Résultat : le Rover peut avancer, tourner et retourner des informations grâce à ses capteurs (capteur de couleurs et de distance).

Ce Rover rend l’apprentissage de l’algorithmique plus ludique et accessible : les professeurs peuvent ainsi mieux expliquer les mécanismes de la programmation à leurs élèves à travers des exemples concrets.

vendredi 2 mars 2018

Quand les enseignants adaptent et personnalisent le concept de classe inversée


Parce que chaque classe est différente, certains professeurs, passionnés par leur métier et ayant soif d’innovations pédagogiques, se sont approprié la méthode d’enseignement en classe inversée afin de l’adapter à leurs propres élèves. Zoom sur la « Classe accompagnée » de Alan Coughlin, professeur d’Anglais au collège Max Jacob de Josselin (Morbihan) et sur la « Classe renversée » de David Bouchillon, professeur d’Histoire au lycée Alfred Kastler de Talence (Gironde).


La classe accompagnée pour pallier au problème du travail à la maison

Souhaitant dynamiser ses cours d’Anglais afin de donner le goût d’apprendre à ses élèves, Alan Coughlin s’est tourné vers la classe inversée en 2011. Il s’est hélas rendu compte que, dans les milieux défavorisés, le travail à la maison requis dans la pratique de la classe inversée au sens stricte ne pouvait être effectué dans de bonnes conditions.

C’est ainsi qu’il a créé sa propre méthode d’enseignement, la « classe accompagnée » dont l’idée principale est que « tout puisse se faire en classe ». Les élèves sont ainsi libres de prendre possession de leur salle de classe, de changer la disposition des bureaux, de se déplacer et également de gérer leur temps comme ils le souhaitent. Le professeur devient alors une ressource, qui encadre bien sûr, mais est utilisée en dernier recours.

Le bilan de l’expérience est positif, puisque les élèves gagnent en motivation et implication. Un résultat encourageant.


La classe renversée, ou quand les élèves produisent eux-mêmes le savoir   

Mise en place par un des pionniers de la classe inversée en France, David Bouchillon, la classe renversée se démarque du concept de base de la classe inversée du fait que les élèves produisent eux-mêmes le cours au cours d’activités menées en classe.

Chaque session, les élèves sont répartis par îlots de bureaux en différents groupes ayant une mission précise. Ils deviennent ainsi « acteurs et producteurs » de savoir :

- un groupe « analyser » qui s’occupe de décortiquer les documents fournis par le professeur
- un groupe « présenter » qui est chargé de réaliser un diaporama et le présenter à toute la classe
- un groupe « échanger » qui conçoit une carte mentale (heuristique/mind map)
- un groupe « enquêter » qui effectue des recherches plus poussées sur un point précis du sujet étudié
- un groupe « créer » qui a la charge de réaliser un podcast

Les élèves apprennent à fonctionner en autonomie, car ils savent que s’ils ne travaillent pas, ils n’auront pas de cours, pas de matière à apprendre pour leurs examens à la fin de cours. Chaque groupe produit des ressources, un savoir pour les autres.


mardi 9 janvier 2018

Chaise mobile QBS: un outil propice à la classe inversée

QBS présente sa nouvelle chaise mobile, un outil permettant l’aménagement de salles de formations innovantes puisqu’elle allie confort d’assise, support de travail et mobilité : des composantes essentielles au bon déroulement de nouvelles méthodes pédagogiques telles que la classe inversée.  

Une chaise mobile ergonomique

Se composant d’un siège et d’une tablette pivotante en plastique (permettant l’usage d’une tablette numérique ou d’un smartphone), la chaise mobile QBS repose sur 6 roues et un socle permettant de ranger le sac et les affaires de l’utilisateur.

Sous la tablette se trouve un étui de rangement pouvant accueillir une trousse, des stylos ou une bouteille d’eau.

La chaise mobile QBS est personnalisable : avec ou sans housse de rembourrage, porte-gobelet, tablette, coloris.

Les bénéfices de la chaise mobile en classe inversée

La chaise mobile QBS apporte le confort (pour maintenir l’attention et offrir un cadre propice à l’apprentissage) et la mobilité/le dynamisme que demande la classe inversée avec des phases de cours magistraux en formation de rangs classique, des phases de travail par petits groupes en îlots et des phases de discussion en cercle en classe entière.


Découvrez toutes les caractéristiques de la chaise mobile QBS sur notre site !